Accueil Communication Sorties et visites

Malgré un temps très variable, le groupe de naturalistes ayant répondu à l’appel des Amis du Saulnois a pu observer de nombreuses espèces du Pays des Etangs.

Pour l’occasion, Roger Richard avait sollicité Michel Hirtz, ornithologue départemental attaché au Domaine de Lindre, pour animer cette sortie qui s’est déroulée en plusieurs phases :

  • le bois des Auspaires où chantaient la fauvette à tête noire et le troglodyte mignon,
  • l’observatoire ornithologique du Domaine qui a permis de voir les grèbes huppés de très près,
  • les roselières proches de l’île de la Folie d’où l’on entendait les chants du rossignol et de la rousserolle turdoïde,
  • Tarquimpol d’où l’on voyait des nids de cigognes et ceux des grands cormorans,
  • l’étang de Videlange où l’on a pu observer des hérons pourprés et des oies cendrées,
  • l’étang de Bru où chassaient des faucons hobereaux et un busard des roseaux tandis que des grèbes à cou noir  s’ébrouaient a proximité des foulques macroules et autres fuligules milouins ...

De quoi satisfaire les amis des oiseaux !

13_05_12_oiseaux_Hirtz13_05_12_oiseaux_Lindre

"Get the Flash Player" "to see this gallery."

 

 

 Après avoir expliqué l’origine de « la Route de France » établie en 1661 pour relier le Pays messin à l’Alsace en passant par Vic, alors capitale du Temporel de l’Evêché de Metz, Roger Richard a présenté un vieux plan cadastral de Fresnes-en-Saulnois ainsi que des travaux réalisés par Paul Beugnette, beau-père du maire actuel de cette commune.

Le groupe a pris ensuite la direction de Coutures en empruntant l’ancienne chaussée ducale qui reliait Château-Salins à Nancy par la « tranchée de Manhoué ».

Chemin_Reine_croix_Soudieu_004-1200Après un arrêt à « la Croisette » et sur « le Haut de Crevé », les amateurs d’histoire locale ont emprunté le Chemin de la Reine, bordé maintenant d’éoliennes) jusqu’à Psicourt, village ou hameau ruiné et aujourd’hui totalement disparu.

Après un nouvel exposé sur le passage de Marie Leszczynska, nouvelle Reine de France, le 21 août 1725 sur la route appelée de puis « de la Reine », le guide a conduit les participants jusqu’à une croix datée de 1789 (photo) au bord de l’ancien chemin reliant Psicourt à Fresnes.

Dernière étape : le point de jonction de « la Route » à l’ancienne voie romaine (parking des Ossons sur la 2 X 2 voies actuelle). En ce lieu, on distingue, faisant un vaste triangle, trois routes d’origines différentes : l’une gallo-romaine (D 955), une autre remontant à 1661 (celle de la Reine) et l’autre à l’époque du duc Léopold. Toute une page d’histoire !

 

Depuis le traité de Francfort du 10 mai 1871, les deux arrondissements de Château-Salins et de Sarrebourg ont été détachés du département de la Meurthe et rattachés au nouveau département de la Moselle (Deutsch Lothringen sous l’annexion allemande). 

En fait, certaines communes comme Moncel et Mazerulles appartenaient au canton castelsalinois mais sont restées françaises. Il en est de même pour les villages du canton actuel d’Arracourt qui appartenaient auparavant au canton vicois.

Les limites du Saulnois ne se confondent pas toujours avec les frontières administratives et l’histoire du Pays du Sel intéresse aussi nos voisins meurthe-et-mosellans, d’autant plus que les vallées du Sânon et de la Meurthe sont aussi un « pays de salines » comme la vallée de Seille. 

Le foyer rural de Laneuvelotte et son cercle d’histoire avait invité le président des Amis du Saulnois pour présenter les sites les plus intéressants de notre secteur voisin du leur mais séparé par la frontière 57-54 qui freine quelque peu les échanges culturels.

Le 100e anniversaire des combats de 1914 sera l’occasion d’établir un nouveau trait d’union entre Riche (bataille de Morhange) et Champenoux (le Grand Couronné).

Affaire à suivre !

confrence_Saulnois_et_Meurthe-et-Moselle-1200

 

rogerpatois

 

Incroyable Roger Richard ! on le connaissait botaniste, historien, prof de math, géologue voici qu'il nous parle maintenant en patois ! Le patois lorrain, le vrai, ou plutôt celui du pays de la Seille parlé désormais par une poignée d'anciens dans tout le Saulnois.

Pendant une heure trente, il a, dans une salle Saint-Jean subjuguée, dévoilé les mystères de cette langue locale qui disparaît peu à peu de la mémoire collective.

Alors notre érudit castelsalinois, qui parlait  quotidiennement ce langage avec son père il y une dizaine d'années, transmet ses connaissances. Avec l'association des Amis du Saulnois, il a donc proposé cette conférence. Dans la salle, quelques anciens, heureux d'entendre de nouveau leur langue d'autrefois, mais aussi quelques profanes étonnés et captivés par un dialecte à la fois si proche et si éloigné de notre français.

Pour ajouter de l'intérêt à la conférence Roger a ponctué son intervention de quelques chants en patois détournnant pour l'occasion quelques religieux.

Vous découvrirez quelques extraits de cette rencontre dans la vidéo ci-dessous.



 

Promenade culturelle dans la forêt de Bezange-la-Grande


Le printemps tardant à se manifester, le froid revenu et le ciel demeurant couvert, rares furent les plantes déjà épanouies à observer et plus rares encore les chants d’oiseaux à écouter !

Parmi les fleurs identifiées, on peut toutefois signaler : les pâquerettes ou « fleurs de Pâques » toujours aussi belles comme l’indique leur nom savant (Bellis perennis), les tussilages ressemblant à des pissenlits mais utilisés comme plantes officinales contre la toux (son nom vient du latin et se traduit par : chasser la toux),  les scilles à deux feuilles en bouquets étoilés bleus colonisant les sous-bois, les noisetiers aux fleurs femelles (à plumets rouges) et mâles (en chatons jaunâtres) séparées mais sur les mêmes rameaux, les pulmonaires aux fleurs changeant de couleur au fur et à mesure de leur maturité, les jonquilles (faux narcisses) cueillies sans retenue par les promeneurs et surtout les nivéoles du printemps tapissant le fond du vallon et dont la cueillette est interdite en Lorraine !  

Promenade culturelle dans la forêt de Bezange-la-GrandeAu cours de la balade, le groupe a pu également découvrir la chapelle Saint-Roch (XIXe siècle)de Chambrey, le tracé de l’ancienne frontière d’annexion et les bornes qui la jalonnent, les tranchées de la grande guerre et plusieurs Blockhaus dont un orné d’une croix de fer (photo).

 

Prochaine animation proposée par les Amis du Saulnois :

dimanche 14 avril à 17H à la salle Saint-Jean à Château-Salins (conférence de Roger Richard sur le patois du Saulnois et la frontière linguistique) !

 
Plus d'articles...

CALENDRIER des ANIMATIONS

<< Septembre 2019 >> 
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
        1
  2  3  4  5  6  7
  91011121314
1617181920
23242526272829
30      
none